Les femmes osent enfin parler argent

Écrit par Catherine Roulot

Publié aujourd’hui à 01:21, mis à jour à 05:06

En plein atelier sur l’investissement immobilier, Brad Pitt a décroché la conversation et pris son rang. “Brad, divorcé, et je suis sûr qu’il est très avare. Beau, mais avare.” Rires partagés par des écrans qui se chevauchent.

C’est un jour de semaine, l’heure de l’apéro. Ambiance relaxante. Ce sont douze et onze femmes et un homme qui ont sacrifié un dîner, une soirée Netflix, ou un cocon pour une base de littératie financière. Ici, pas de recettes dans Dix leçons pour s’enrichir, pas de promesses miracles d’investissement, pas même de vente de produits financiers, mais un forfait de dix heures (deux heures de formation en ligne sur cinq semaines) où l’on parle d’argent. “Sérieusement mais avec une touche de légèreté.” Agora où l’on insiste sur la nécessité de commencer “Quand son profil peut être financé par une banque” Au lieu d’attendre de rencontrer un improbable prince charmant (Brad Pitt ou autres), il trouve le travail de ses rêves ou visualise son oncle comme un héritage américain.

Sur un ton convivial et enjoué, Héloïse Bolle, aujourd’hui fondatrice et animatrice d’Oseille & compagnie, distille depuis 2018 l’essentiel de la finance et de l’investissement, en coaching collectif, en conseil individualisé et à travers notre newsletter. Sorrel.” On parle d’immobilier, de budget, d’épargne, d’impôts, mais aussi de bourse ou d’argent aux conjoints, simplement et sans tabou.

« En dessous d’un certain niveau de richesse, seule votre banque, qui fait la promotion de ses propres produits, peut vous dire, », explique l’ancien journaliste économique devenu métier du patrimoine et consultant qui ne prélève aucune commission auprès d’un établissement bancaire ou d’un courtier. Mon idée de départ était d’accompagner un public de moyens et petits capitaux, des individus qui n’étaient pas assez fortunés pour intéresser les conseillers en patrimoine et que, de toute façon, ils n’osaient pas contacter. J’ai vite réalisé que 85% de mes clients sont des femmes. »

Sujet “très intime”

Célibataires ou en couple, pour la plupart trentenaires et quadragénaires, ces femmes apprécient un interlocuteur pédagogue et déculpabilisant, qui ne les méprise pas. Bref, quelqu’un qui leur ressemble, mais qui est plus intelligent sur les taux d’intérêt et l’assurance-vie.

“Je cherchais le calme avant de me lancer dans un projet immobilier que j’avais déjà sélectionné”témoigne Frédérique (certaines personnes ont demandé à ne pas être identifiées), 40 ans, adoptive grenobloise, qui a consulté Héloïse Bolle individuellement. « Je me suis remariée, mais c’était la première fois que je me lançais seule dans l’achat d’une propriété, Ce spécialiste du marketing numérique continue. J’avais besoin de me sentir libre de poser toutes les questions, sans crainte de jugement et en toute confiance, car pouvoir parler d’argent est si vital et si difficile, car c’est si intime. »

Il vous reste 76,5% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Comment

%d bloggers like this: